Retour à l'accueil de l'Union Syndicale Géotechnique
Découvrez les géotechniciens membres de l'USG :
Sélectionnez votre département :
Retour à l'accueil de l'Union Syndicale Géotechnique Espace membre :

Mot de passe oublié?   |   Devenir membre?
Intervention du géotechnicien - Norme NF P 94-500 - Valoriser le service - Missions, conditions générales - Intervention, conditions générales - Guide d’application... - ARSCOP - Accès réservé aux membresPlusieurs menus sont réservés aux membres cliquez ici pour postulerAccès réservé aux membres
 
La normalisation des missions géotechniques
pour valoriser le service



Autrefois, le géotechnicien était le spécialiste qui pouvait être appelé à intervenir à tous les stades du déroulement d'une opération, ses avis et prescriptions étant rarement remis en cause. Dans le contexte actuel où les opérations sont de plus en plus complexes et financièrement plus tendues, le géotechnicien a fait le rude apprentissage des mises en cause multiples, ce qui a eu au moins pour effet positif de mettre en évidence que son " contrat " avec son client était souvent mal défini.

De cette constatation est née au sein de notre syndicat la volonté de définir et de classer les types de mission que le géotechnicien peut remplir auprès de ses clients. Ainsi le géotechnicien, devant la complexité naturelle du sous-sol et les contraintes liées aux existants et avoisinants, proposera de procéder conformément à la norme par étapes successives, allant du général au particulier, de la reconnaissance globale à la reconnaissance locale, adaptant les investigations et les études à la sensibilité réelle du projet.



  • Les missions d’avant-projet type G1 qui ont pour but d’identifier les aléas majeurs et de proposer des principes généraux pour en limiter les conséquences.
  • Les missions de projet type G2 qui ont pour but d’identifier les aléas importants dispositions pour en réduire les conséquences.
  • Les missions d’exécution type G3/G4 qui ont pour but d’identifier les aléas résiduels et les dispositions pour en limiter les conséquences.
  • Les missions de diagnostic type G5 qui ont pour but d’analyser des risques liés à un élément de la construction spécifique.


Les missions géotechniques s'appuient sur travaux d'investigations géotechniques (sondages, essais, mesures) sur le terrain ou en laboratoire, selon un programme fourni (normalement dans le cadre d'une mission G 1 à G 5), et qui s'achèvent par la production d'un compte rendu factuel donnant les coupes des sondages, les procès verbaux d'essais et les résultats des mesures en place ou en laboratoire.

 

    Ainsi, l'enchaînement des missions géotechniques, en accompagnement de celles de la maîtrise d'œuvre, permet une meilleure maîtrise des aléas du sol (qui ne sont pas des " vices ") et donc des délais et coûts d'exécution de l'ouvrage. Ces missions géotechniques contribuent à une meilleure appréciation des obligations et des responsabilités du géotechnicien vis vis des autres participants à l'acte de construire. Il ne sera jamais reproché à un géotechnicien de se heurter aux limites de la science mais il lui sera reproché de ne pas en informer ses cocontractants ou de laisser un flou sur le contenu de ses prestations exécutées.



    La norme NF P 94-500 constitue donc un garde-fou indispensable contre les abus vécus jusqu'alors tendant à faire supporter au géotechnicien, avec une vision très large du devoir de conseil, la charge de sinistres résultant parfois simplement de contraintes financières.




    Découvrez les autres pages du chapitre "Mission Géotechnique" :



    Suivez nous sur Viadeo !

    Suivez nous sur Linkedin !